Protection et promotion 106697 visites
Accueil

La Société Civille: reste-t-il un corps politique

Vendredi 9 Septembre 2016 - 18:1:32

La société civile : reste-t-il un corps politique qui ne fait pas de politique ?

La notion de société civile remonte à Aristote. Elle est reprise au cours du siècle des Lumières (au 17 ème et 18 ème siècle) à travers John Locke et Charles Montesquieu. Les difficultés à fixer les contours apparaissent certes, mais du moins mettent-ils déjà en évidence à leur époque la coexistence de deux sphères à différencier : celle de la politique d’une part et celle de la société citoyenne (assimilable à la société civile d’autre part).

Notion devenue omniprésente à notre temps, le retour de la société civile est historiquement lié aux mouvements de dissidents de l’Europe de l’EST dès la fin des années 70. Vaclav HAVEL dans son ouvrage »le pouvoir des sans-pouvoir » exalte le réveil de la société civile : dans les sociétés post totalitaires nées de l’effondrement du communisme. Il faudra, dit-il, que surgissent de nouvelles structures, des associations civiques et citoyennes qui favoriseront la transition démocratique.

Dans un contexte de méfiance à l’égard de l’Etat et des grandes idéologies globalisantes, beaucoup d’occidentaux placent de grands espoirs dans ces associations volontaires, vouées à la résolution de problèmes concrets, centrées renforcer le lien social et, par la délibération dans l’espace public, concrétiser un engagement en faveur des valeurs acceptées ou souhaitées par tous.

Ce détour historique étant, quelle serait la définition la plus acceptable que l’on pourrait retenir de la  société civile ? Bien qu’entachée de beaucoup d’ambiguïtés, la société civile peut être considérée comme étant » le domaine de la vie sociale civile organisée qui est volontaire, largement autosuffisant et autonome de l’Etat ». Dans la pratique, la catégorie »société civile » regroupe un ensemble d’organisations entretenant plusieurs formes de rapports avec leurs membres mais aussi avec l’espace public, les autres associations, les médias… et, bien entendu l’Etat et la classe politique.

Les organisations de défenses des Droits humains telle qu’Amnesty International, SOS talibés, la RADDHO … répondent à cette définition. Si l’on admet qu’une élection est un des événements principaux où la société civile se trouve mobilisée, « notamment à travers l’éducation de l’électorat », il n’en demeure pas moins que depuis le siècle des Lumières, le risque d’éviter tout amalgame est déjà mis en évidence. « C’est le corps social, par opposition », indique-t-on.

Bien que difficile à cerner de manière tranchée, on peut considérer la société civile comme un domaine au sein de la société qui se situe entre les sphères étatiques, économique et privée.  A ce titre, on peut dire qu’il existe plusieurs sociétés civiles selon les intérêts communs que l’on peut avoir à défendre. Le concept de société civile sert d’appel politique en visant plus de démocratie. A ce titre, l’on admet la corrélation existant entre société civile et démocratisation de la société. Son rôle dans le processus de développement et dans le contexte de la bonne gouvernance n’est pas à oublier.

 Il est reconnu aux acteurs de la société civile d’être impliqués dans la politique sans pour autant viser des fonctions étatiques, « encore moins faire ou poser des actes en lieu et place des acteurs politiques ».

L’orthodoxie en la matière leur recommande de garder une position indépendante. La société civile : reste un corps politique qui ne fait pas de politique. Dans les vertus qu’on prête à la société civile, on lui reconnait d’être un contre-pouvoir susceptible de contrôler les excès du pouvoir. Elle est diverse et représentative, contrairement aux gouvernants et élus qui tendent à se recruter dans les mêmes milieux et à partager la même vision.

Elle (la société civile) permet l’émergence de nouvelles élites-et celui vaut particulièrement dans les pays en voie de développement. Surveiller, alerter, agir et dénoncer les dérives autoritaires, les scandales, les risques écologiques, les conflits  armés, ou autres ainsi qu’apaiser le débat et inciter les citoyens à participer à la vie publique de matière inclusive et participative, leur rendre confiance dans la démocratie est également de son ressort.

De ce point de vue, voir par exemple Amnesty International, SOS Talibés, la RADDHO, sensibiliser les populations d’une ville, d’un département, d’un quartier ou village pour qu’elles exercent des pressions ou lobbying sur le gouvernement afin d’arrêter un projet susceptible d’altérer leur environnement de vie, ou qu’elles prennent part à la résolution pacifique d’un conflit (exemple du conflit casamançais) ou prévenir une catastrophe  est un acte propre à la société civile. Appeler à une bonne gouvernance dans la gestion de la « Res Pubica ou  la chose publique » ou l’alternance politique est aussi du domaine de la société civile.

A l’inverse, comme un thuriféraire, s’exhiber sur un plateau de télévision et débiter les sonnettes d’avoir constitué une armée avec un général pour se lancer à l’assaut du pouvoir avant d’en partager la gâteau, ne répond pas au critère ONG ou Association qui a une certaine assise internationale et une certaine importance et qui répond à quelques critères plus précis comme sa constitution sur initiative privée et volontaire, être à vocation non lucrative et politiquement indépendante en plus de rechercher un intérêt public en ce sens l’ONG participe à la dérive autoritaire.

Les ONG de défense des Droits humains sont par excellence productrices d’influence ; elles cherchent la réalisation concrète d’une valeur qu’elles défendent, qu’il s’agisse des Droits humains en général, de la protection d’une espèce animale, de la lutte contre un péril précis ou de l’abaissement dans les débats etc. Souvent l’ONG se réfère à la notion d’urgence une catastrophe, un scandale, une population ou une espèce en danger, une atteinte aux Droits humains etc. Et qui justifie que des citoyens interviennent que ce soit pour transporter un dispensaire sur place ou pour interpeller un gouvernement corrompu ou criminel.

 Les ONG ou Associations ne demandent pas à exercer un pouvoir direct de commandement (contrairement aux partis politiques qui cherchent à conquérir l’Etat, par exemple), ni un pouvoir économique : elles ne peuvent obtenir de résultats concrets-car elles visent à des changements effectifs et non à la diffusion d’une philosophie- qu’en agissant sur la volonté d’autrui.

Cet autrui, ce peut être le public en général que les ONG de défense des Droits humains convainquent de militer, de soutenir une campagne, une revendication, de s’indigner de telle ou telle action d’un gouvernement, d’une organisation, d’une entreprise. En outre, les ONG de défense des Droits humains agissent de plus en plus sur les détenteurs du pourvoir. Elles exercent une véritable emprise sur eux, notamment à travers les médias.  Ayant la capacité de juger leurs actes ou de leur inspirer leurs fins, elles mènent une stratégie indirecte où se mêle pression morale, séduction, négociation… mais aussi proposition et inspiration.

Aussi, il arrive même que les ONG soient à l’origine de grande règle appliquées par les autorités institutionnelles (comme le principe de précaution, le droit d’ingérence ou le développement durable). Parfois elles sont à l’origine des institutions elles-mêmes, comme le Tribunal Pénal international, aujourd’hui la cour pénale internationale (CPI).

Il ne faut pas non plus occulter leur capacité d’intervention directe dans les affaires politique, »en particulier lors des grands sauvetages humanitaires ». Non seulement les ONG manifestent très matériellement leur volonté de mettre en œuvre les valeurs dont elles se réclament (elles construisent des hôpitaux, souvent des vies, distribuent de la nourriture), mais elles concurrencent les institutions souvent qu’elles critiquent par ailleurs.

Ce message est d’autant mieux relayé par les médias qu’il est à la fois spectaculaire (on voit le bien et action) et moral (soutenir les ONG, c’est choisir le camp du bien, sans risque de devoir soutenir un pouvoir et donc sans avoir à se compromettre avec une forme quelconque de puissance ou de contrainte). Règle centrale et fondamentale dans le bréviaire d’une ONG.

Vous pouvez lire cet article dans le quotidien d'informations

générale  LA TRIBUNE du Mardi 04 Octobre 2016 N°1486

                                                                                                                                                 Yahya    

                                                                                         SIDIBE


Commentaires


   ...
Auteur
Pensée du jour
Un homme résolu n'est pas un homme qui prend des résolutions ; c'est un homme qui agit.

Transmis par AHOUITONON Sèdolo (Cotonou)
Articles recents
»   Le Chef de l'Etat exige le retrait intégral des en
»   La misère des exclus du système scolaire!
»   La misère dans les pays indusrialés: une priorité
»   Les Défenseurs des Droits de l'Homme: état de lieu
»   On dirait que le sénégal marche sur la tête!
»   La Société Civille: reste-t-il un corps politique
»   Phénomène des Daaras au sénégal
»   Les conditions de vie d'un enfant talibé
»   LE MAITRE CORANIQUE CONDAMNE A DEUX ANS DE PRISON
»   Arrestation d'un maître Coranique à Diourbel pour
»   Un enfant talibé victime d'un accident de circulat
»   ENLEVEMENT D'UN ENFANT TALIBES A LA VDN A DAKAR
»   EXploitation Aurifere à Kédougou/ Sénégal
»   HISTORIQUE DES ECOLES CORANIQUES AU SENEGAL
»   L'Afrique et la Déclaration Universelle des droits
»   Visite d'une école coranique
»   Comment va le monde d'Aujourd'hui?
»   Halte aux massacres en LIBYE
»   Y-A-IL convergence ou divergence entre la traditio
»   L'Action Sociale, est -elle un véritable Instrume
»   MESSAGE AUX DIRIGEANTS AFRICAINS
»   Au sénégal 400 enfants sont violés et plus de 800
»   LES MOTS SONT SIMPLES
»   Une date historique pour les enfants et les droits
»   Les enseignements des maîtres Coraniques
»   Au Plan Conceptuel qu'entend-on par maître Coraniq
»   LE TORTIONNAIRE ECOPE UN AN DE PRISON FERME
»   TORTURE SUR UN ENFANT TALIBE
»   ACTIVITE DE SENSIBILISATION
»   BATTUS A SANG PAR LEUR MAITRE CORANIQUE

Réalisé par Africaciel.com